Atelier d’initiation à Arduino

Prototype d'horloge numériqueLe 19 décembre 2015, à Courthézon (près d’Orange, dans le Vaucluse), Michael Opdenacker de Free Electrons organise un atelier d’initiation à Arduino.

A travers la création d’une horloge numérique, qui peut aussi afficher la température de la pièce et régler automatiquement l’intensité de l’affichage en fonction de la luminosité ambiante, vous vous initierez aux sujets suivants:

  • Utilisation de carte Arduino et de son environnement de développement
  • Création de vos propres programmes
  • Utilisation de bibliothèques open-source pour piloter le matériel et les périphériques
  • Utilisation de cartes de prototypage (« breadboards »)
  • Acquisition de données depuis des capteurs sur bus I2C (comme le module RTC ChronoDot d’Adafruit) et pilotage de périphériques sur I2C (comme l’afficheur 7 segments d’Adafruit)
  • Rudiments d’électronique pour utiliser des boutons et des résistances variables.

Les connaissances acquises devraient vous permettre de créer facilement vos propres prototypes électroniques à base d’Arduino, et devenir ainsi un « maker » !

L’accès à cet atelier est gratuit pour les membres de l’atelier de création numérique Cour_Tech_Zone et une modeste participation (10 EUR) sera demandée aux non-adhérents. Le nombre de places est limité à 10 postes de travail (maxi deux personnes, possibilité pour un adulte de venir avec un enfant) pour les manipulations avec le matériel, mais les auditeurs libres sont aussi les bienvenus pour suivre les présentations, observer les manipulations et poser des questions.

Enfin, si vous le souhaitez, vous aurez la possibilité d’acheter le matériel utilisé à prix coûtant (80 EUR TTC):

Pour vous inscrire, contactez michael@bootlin.com.

Vous trouverez plus de détails sur le site de Free Electrons.

Une des mes filles avait besoin d’une horloge pour connaître l’heure durant la nuit. Plutôt que d’acheter un modèle tout fait, je me suis dit que je pourrais plutôt essayer d’en construire un moi-même. Depuis ma participation à un des cours sur Arduino au FabLab d’Aix-en-Provence, j’ai été bluffé par la simplificité de mise en oeuvre de la plateforme. Avec Arduino, réaliser des prototypes électroniques devient un jeu d’enfant, même avec peu de connaissances en électronique, en informatique et en programmation. J’ai donc créé en quelques heures une horloge numérique, et l’atelier que je propose est une occasion pour moi de partager avec vous ce que j’ai appris lors de cette expérience.

Bulletin d’actualités trimestrielles Free Electrons, Juillet 2015

Cet article a été publié sur notre bulletin d’actualités trimestrielles.

Free Electrons engagé pour le projet d’ordinateur à 9 dollars

NextThing Co, une société basée à Oakland en Californie, a été au centre de l’actualité ces derniers mois en réussissant à lever plus de 2 millions de dollars via Kickstarter pour développer un ordinateur à 9 dollars ! De manière similaire à la Raspberry Pi, cet ordinateur, nommé C.H.I.P., est construit autour d’un processeur ARM, et fonctionne grâce à un système d’exploitation Linux.

De manière plus précise, le processeur ARM est fourni par Allwinner, et il se trouve que notre ingénieur Maxime Ripard est précisément le mainteneur officiel du support de la famille des processeurs d’Allwinner dans le noyau Linux. Comme NextThing Co. s’est fermement engagé à ce que la partie logicielle du C.H.I.P. soit la plus libre et ouverte possible, ils ont décidé de faire appel à nos services pour des développements importants dans le noyau Linux officiel pour améliorer la prise en charge du processeur d’Allwinner qu’ils utilisent.

Grâce à ce projet, une partie des fonctionnalités qui manquaient le plus dans le support des processeurs Allwinner dans le noyau Linux officiel sera implémentée dans les mois qui viennent. Vous pouvez ainsi vous attendre à voir de nombreuses contributions en provenance de Free Electrons dans ce domaine. Nous sommes très enthousiastes de participer à cette aventure de l’ordinateur à 9 dollars !

Plus de détails sur notre billet de blog.

Contributions au noyau Linux

Comme à l’accoutumée, nous continuons à contribuer de façon importante au noyau Linux, avec entre 100 et 200 patches de Free Electrons acceptés dans chaque nouvelle version du noyau. Nous continuons à nous concentrer sur le support des divers familles de processeurs ARM.

  • Pour Linux 3.19, nous avons inclus 205 patches, faisant de Free Electrons la 13ème société contributrice en nombre de patches. Plus de détails.
  • Pour Linux 4.0, nous avons fait accepter 252 patches, ce qui nous a placé au 6ème rang des sociétés contributrices. Plus de détails.
  • Pour Linux 4.1, 118 de nos patches ont été intégrés, un nombre plus modeste de contributions. Plus de détails..

Voici les contributions les plus importantes :

  • Dans Linux 4.0, nous avons inclus un pilote complet pour le contrôleur d’affichage des plus récents processeurs ARM d’Atmel. Ce pilote DRM/KMS, développé par Boris Brézillon, permet d’utiliser les fonctions graphiques de ces processeurs avec le noyau officiel. Il s’agissait de la dernière fonctionnalité importante qui manquait au noyau Linux officiel pour les processeurs d’Atmel.
  • Notre ingénieur Alexandre Belloni a été désigné co-mainteneur du sous-système RTC, et aussi co-mainteneur du support des processeurs d’Atmel. En tant que mainteneur du sous-système RTC, Alexandre envoie maintenant ses pull requests directement à Linus Torvalds !
  • En Linux 4.1, nous avons terminé la migration du support des processeurs d’Atmel vers le paradigme « multiplatform ». Nous avons également ajouté la prise en charge du plus récent processeur Armada 39x de Marvell.

Nouvelle formation sur Buildroot

L’année passée, nous avons développé et publié une nouvelle formation de 3 jours sur Yocto Project et OpenEmbedded. Cette année, nous avons le plaisir de publier une nouvelle formation de 3 jours sur le système Buildroot de compilation pour Linux embarqué.

Buildroot est une alternative très populaire à Yocto Project pour compiler des systèmes de fichiers pour Linux embarqué, grâce à la simplicité de son architecture et à sa facilité d’utilisation. Free Electrons a un long historique de contribution à Buildroot, son directeur technique, Thomas Petazzoni, étant l’un des principaux développeurs du projet.

Durant les 3 jours de cette formation, vous apprendrez à utiliser Buildroot, à rajouter la prise en charge de nouveaux composants, à personnaliser le système de fichiers généré par Buildroot, vous comprendrez comment Buildroot fonctionne sous le capot, et découvrirez de nombreux autres détails !

Vous pouvez consulter le programme, les transparents, et les instructions de travaux pratiques pour plus de détails.

Cette formation, enseignée par Thomas, peut-être dispensée n’importe où dans le monde dans vos propres locaux. Vous pouvez également vous inscrire de façon individuelle à notre première session inter-entreprises à Toulouse, en novembre 2015.

Projets récents

En plus de nos contributions visibles, nous travaillons également sur un certain nombre de plateformes client spécifiques, comme récemment :

Pour un client français produisant une carte i.MX6 sur mesure basée sur un système-sur-module de SECO, nous avons porté un U-Boot mainline récent, un noyau 3.10 de Freescale, et fourni un système généré par Buildroot avec Qt5 et l’accélération OpenGL pour permettre au client de développer ses propres applications. Entre autres, nous avons également ajouté la prise en charge de la communication avec un FPGA via SPI, et écrit un outil en espace utilisateur pour reprogrammer ce FPGA à travers le SPI.

Ce projet a été l’occasion de quelques contributions à U-Boot pour la prise en charge du module de SECO :

Ainsi que quelques contributions à Buildroot :

Pour un client américain, nous avons développé un prototype de système fonctionnant sur plateforme Nitrogen 6x, compilé avec Buildroot et utilisant l’application SuperCollider pour la synthèse audio.

Pour un client français, nous avons développé un BSP Yocto Project pour une plateforme i.MX6 sur mesure. Le projet incluait également du développement pour adapter le noyau au matériel et pour l’exécution d’une application Qt5 sous X11.

Conférences

Comme chaque année, nous avons participé à l’Embedded Linux Conference à San Jose en Californie : 7 ingénieurs de Free Electrons étaient présents.

Les vidéos et les transparents des trois présentations que nous avons données sont disponibles :

  • Le sous-système DMAengine, par Maxime Ripard (transparents, vidéo).
  • Le Device Tree comme ABI stable, un conte de fée ?, par Thomas Petazzoni (transparents, vidéo).
  • Support MLC/TLC NAND : (nouveaux ?) défis pour le sous-système MTD/NAND, par Boris Brézillon (transparents, vidéo)

Pour plus de détails sur notre participation à ELC, voir notre billet de blog.

Nous avons également proposé plusieurs présentations à la prochaine Embedded Linux Conference Europe, qui se tiendra début octobre à Dublin en Irlande.

Prochaines sessions de formation inter-entreprises

En plus de proposer des sessions de formation sur site partout dans le monde (nous avons récemment dispensé des formations aux États-Unis, en Israël, en Inde et au Mexique !), nous proposons également des formations ouvertes à inscription individuelle. Voici nos prochaines sessions en inter-entreprises :

Formation Linux embarqué
12-16 octobre, Avignon, en anglais
23-27 novembre, à Toulouse, en français
Formation noyau Linux et développement de pilotes
20-24 juillet, à Avignon (en plein festival), en anglais
16-20 novembre, à Toulouse, en français
Formation développement Linux embarqué avec Buildroot
30 novembre – 2 décembre, à Toulouse, en anglais
Formation développement avec Yocto Project et OpenEmbedded
13-15 octobre, à Toulouse, en anglais
Formation développement système Android
7-10 décembre, à Toulouse, en anglais

Recrutement

Chez Free Electrons, nous recevons de plus en plus de demandes pour des projets très attrayants. Comme il peut être très frustrant de devoir refuser des opportunités très intéressantes, nous avons décidé de rechercher de nouveaux ingénieurs pour rejoindre notre équipe technique.

Ainsi, si vous êtes un jeune ingénieur montrant un véritable intérêt pour Linux embarqué et les projets open-source, ou si vous êtes un ingénieur plus expérimenté ayant fait des contributions visibles et avec un bon bagage en Linux embarqué, n’hésitez pas à nous contacter.

Voir plus de détails sur nos nouveaux postes.

Les formations de Free Electrons arrivent à Paris

Paris

Free Electrons organise depuis près de 10 ans des sessions de formation inter-entreprises autour de Linux embarqué, du noyau Linux et d’Android dans des villes de la moitié sud de la France: Nice, Toulouse, Avignon, Lyon. Il nous manquait évidemment une présence dans la capitale et plus généralement dans la moitié nord de la France.

Nous sommes en train d’y remédier, en organisant une première session de formation sur Linux embarqué dans la capitale, du 9 au 13 mars 2015. D’autres sessions suivront, sur les autres thématiques couvertes par nos formations. Celles-ci seront annoncées sur notre page de sessions et dates.

Les points forts de nos formations en inter-entreprises restent les mêmes:

  • Formateur ayant une solide expérience de terrain à partager, consacrant la plus grande partie de son temps à des projets de développement. Un formateur qui est un contributeur actif à la communauté de développeurs en Linux embarqué, et ayant ainsi une excellente connaissance des ressources offertes par celle-ci.
  • Supports de formation intégralement disponibles sur notre site web. Vous pouvez à l’avance vérifier que ceux-ci correspondent à vos besoins.
  • Des travaux pratiques qui testent la bonne compréhension des notions les plus importantes et qui construisent une vraie première expérience (pas de manipulations qu’on execute sans les comprendre).
  • Carte embarquée à base de processeur ARM (Atmel SAMA5D3 Xplained) incluse, pour continuer à développer prototypes et expérience au delà du temps de la formation.
  • La garantie de ne pas avoir à faire les travaux pratiques avec un autre participant, et un nombre de personnes limité à 10.
  • Une transparence totale sur les retours des anciens participants.
  • Un tarif réduit pour les inscriptions au moins deux mois à l’avance, et pour les inscriptions groupées.

Tous les détails sur notre prochaine session.

Création d’un meetup Linux embarqué et Android à Toulouse

Meetup Embedded Linux & Android ToulouseUne partie de l’équipe d’ingénierie de Free Electrons se trouve à Toulouse, et c’est donc tout naturellement que nous vous faisons part de la création sur Toulouse d’un meetup régulier autour de nos thématiques préférées: le Toulouse Embedded Linux & Android meetup. Ces événements sont organisés avec le soutien de Captronic.

Deux dates sont déjà prévues:

Ces événements auront lieu à La Cantine Toulouse, et sont gratuits après inscription sur le site Meetup.com.

Actualités trimestrielles Free Electrons: mai 2014

Cet article est également publié sur notre bulletin d’actualités trimestrielles.

Free Electrons a le plaisir de partager avec vous des nouvelles des activités de formation et de contribution de la société.

Bonne année 2014 – Accomplissements en 2013

Cet article est également publié sur notre bulletin d’actualités trimestrielles.

Toute l’équipe de Free Electrons vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2014, pleine d’optimisme et d’énergie !

Nous profitons de l’occasion pour vous donner des nouvelles de Free Electrons.

En 2013, Free Electrons a augmenté sa contribution aux projets Open Source, surtout au niveau du noyau Linux.

639 patches ont été intégrés au noyau Linux, principalement pour améliorer le support des processeurs ARM de Marvell et d’Allwinner. Pour toutes les versions de Linux publiées en 2013, Free Electrons a fait partie des 30 premières sociétés en termes de contributions (nombre de commits). Nous avons maintenant une expérience forte dans l’intégration du support de processeurs ARM dans le noyau Linux, et nous espérons encore déveloper notre activité dans ce domaine en 2014.

595 patches ont été intégrés à Buildroot, un système de compilation automatique pour systèmes embarqués, et ceci dans un grand nombre de domaines, faisant de Free Electrons le deuxième plus important contributeur après le mainteneur de Buildroot. Ce travail permet à Free Electrons de tenir à jour son expertise en compilation croisée et en outils de compilation de systèmes de fichiers embarqués.

26 patches intégrés au chargeur de démarrage Barebox :

22 patches au « layer » pour Freescale dans Yocto, principalement pour prendre en charge les cartes embarquées de Crystalfontz. Nous en avons profité pour développer un nouveau type d’image et d’importantes améliorations ont été apportées à la recette de compilation pour Barebox.

Certaines de ces contributions, ainsi que bien d’autres activités, ont été réalisées dans le cadre de projets de développement et de conseil en 2013, en particulier :

  • Développement de code pour le noyau Linux, ajoutant à la version officielle du noyau Linux le support de processeurs ARM ou de cartes embarquées de nos clients, en particulier sur les processeurs de Marvell et de Freescale.
  • Développement noyau, de pilotes de périphériques et intégration dans un système de compilation pour l’embarqué, pour un appareil médical basé sur un processeur SAMA5 d’Atmel.
  • Développement de pilotes de périphériques pour noyau Linux pour des émetteurs-récepteurs à radio-fréquences, sur une plateforme domotique à base d’Atmel SAMA5.
  • Projets de réduction du temps de démarrage.
  • Projets de conseil et d’audit autour de Buildroot.

Nous avons également amélioré et mis à jour de façon significative nos formations :

  • Notre formation développement de pilotes de périphériques noyau Linux a été mise à jour pour utiliser la plateforme BeagleBone Black, pour couvrir l’utilisation du Device Tree sur plateforme ARM, et pour utiliser un périphérique I2C amusant pour illustrer le développement d’un pilote de périphériques dans nos travaux pratiques.
  • Notre formation « Android : développement système » a été mise à jour vers Android 4.x, et pour utiliser la BeagleBone Black comme plateforme de développement dans les travaux pratiques.
  • Notre formation Linux embarqué a été mise à jour pour utiliser des versions plus récentes du noyau Linux, en particulier pour couvrir l’utilisation du Device Tree sur plateformes ARM.

Nos supports de formation restent librement disponibles sous licence Creative Commons, y-compris leur code source, disponible via un dépôt Git public.

Free Electrons continue de croire à l’importance pour ses ingénieurs de participer aux conférences techniques, pour les tenir au courant des derniers développements autour de Linux et pour renforcer les liens avec les développeurs de la communauté, qui permettent à nos projets d’avancer plus vite. Pour cette raison, nous avons participé à un grand nombre de conférences en 2013 :

  • FOSDEM 2013, à Bruxelles, Belgique. Notre directeur technique et ingénieur Thomas Petazzoni a donné une présentation sur le développement noyau sur ARM.
  • Buildroot Developers Meeting, Bruxelles, Belgique. Notre ingénieur Thomas Petazzoni a organisé et à participé à cet événement, parrainé par Google, autour du développement de Buildroot.
  • Embedded Linux Conference 2013 et Android Builders Summit 2013, à San Francisco, États-Unis. Notre ingénieur Grégory Clement a donné une présentation sur l’infrastructure de gestion des horloges (« clock framework ») dans le noyau Linux. Notre ingénieur Thomas Petazzoni a donné une présentation sur le développement noyau sur ARM. Voir aussi nos vidéos.
  • Linaro Connect Europe 2013, Dublin, Irlande. Notre ingénieur Thomas Petazzoni a participé à de nombreuses discussions autour du support des processeurs ARM dans le noyau Linux.
  • Linux Plumbers 2013, Nouvelle Orléans, États-Unis. Notre ingénieur Maxime Ripard a assisté à la conférence, et a participé à des discussions autour du développement noyau et Android.
  • Kernel Recipes, Paris, France. Notre Directeur Michael Opdenacker et notre Directeur Technique Thomas Petazzoni ont participé à cette conférence sur le noyau Linux, et Thomas a donné deux présentations: une sur le développement noyau sur ARM et une sur Buildroot.
  • ARM kernel mini-summit 2013, Édimbourg, Royaume-Uni. Nos ingénieurs Grégory Clement, Thomas Petazzoni et Maxime Ripard ont participé au mini-sommet sur le noyau ARM, réservé aux développeurs principaux sur ARM. Ce sommet est un l’endroit où se discutent et se définissent les directions à prendre pour le support des processeurs ARM dans le noyau Linux.
  • Embedded Linux Conference Europe, Édimbourg, Royaume-Uni. Grégory Clement a donné une présentation sur l’infrastructure de gestion des horloges dans le noyau Linux et Thomas Petazzoni a donné une présentation sur le Device Tree.
  • Buildroot Developers Meeting, Édimbourg, Royaume-Uni. Notre ingénieur Thomas Petazzoni a organisé et participé à cet événement de 2 jours, parrainé par Imagination Technologies, sur le développement de Buildroot.

Un développement très important pour Free Electrons en 2013 est l’embauche d’un nouvel ingénieur dans notre équipe : Alexandre Belloni nous a rejoint en mars 2013. Alexandre a une expérience très significative en Linux embarqué et en développement noyau. Plus d’informations sur son profil.

Abordons maintenant nos projets pour 2014 :

  • Recruter plusieurs nouveaux ingénieurs. Un d’entre eux a déjà signé et nous rejoindra en avril, en apportant une solide expérience en développement noyau, y-compris en contribution au noyau officiel.
  • Notre implication dans le support des processeurs ARM dans le noyau Linux se développera de manière substantielle.
  • Deux nouvelles formations seront offertes : une formation sur la « Réduction du temps de démarrage » et une formation sur « OpenEmbedded et Yocto ».
  • Pour la première fois, nous organiserons des sessions inter-entreprises (ouvertes à inscription individuelle) en dehors de France.
    • Notre prochaine session en anglais sur « Android : développement système » se tiendra du 14 au 17 avril à Southampton, Royaume-Uni
    • Nous préparons également des sessions sur Linux embarqué et sur le noyau Linux aux États Unis, qui devraient être annoncées dans les semaines qui viennnent.
    • Nous projetons également d’organiser des sessions sur les mêmes sujets en Allemagne, avec des formateurs germanophones.
    • Au passage, nos formations en français sur Android continueront à être données à Toulouse, mais il y aura aussi une session du 1er au 4 avril à Lyon.

    Vous pouvez consulter the la liste complète de nos sessions inter-entreprises.

Tout comme en 2013, nous participerons à plusieurs des plus importantes conférences techniques: Linux Conf Australia (Janvier 2014), FOSDEM (Février 2014), Embedded Linux Conference (Avril 2014) et Embedded Linux Conference Europe (Octobre 2014).

Vous pouvez suivre les actualités de Free Electrons en lisant notre blog et en suivant nos nouvelles brèves sur Twitter. Nous avons maintenant aussi une page Google+.

Une fois de plus, Bonne Année 2014 !

Toute l’équipe de Free Electrons.

Free Electrons à Kernel Recipes, Paris, Septembre 2013

Kernel Recipes conference logoC’est la deuxième année que la société Hupstream, basée à Paris, organise en France une conférence uniquement dédiée au développement sur le noyau Linux : Kernel Recipes, les 24 et 25 septembre 2013.

Free Electrons n’a pas pu participer à l’édition de l’année passée, qui apparemment était un événement très intéressant du point de vue de la pertinence des présentations et des participants, regroupant un nombre important de développeurs noyau et de sociétés intéressés par le développement noyau en France. Nous sommes ainsi heureux de participer à cette conférence cette année :

Nous sommes impatients de rencontrer certains des développeurs français du noyau avec lesquels nous avons été en contact ces derniers mois (voir la liste des participants). Nous vous signalons également que Free Electrons a un poste ouvert d’ingénieur noyau / Linux embarqué / Android, et que cet événement est une bonne occasion pour nous rencontrer !

Actus trimestrielles: janvier 2013

Cet article a été publié sur notre bulletin trimestriel d’information.

Toute l’équipe de Free Electrons vous souhaite une bonne année 2013, avec tout le succès que vous attendez dans vos projets personnels et professionnels, et dans vos contributions à la vie d’autrui. Nous saisissons cette occasion pour vous donner des nouvelles de Free Electrons.

En 2012, Free Electrons a continué à travailler sur des projets de développement. La principale différence avec 2011 est que les projets ont été bien plus longs. En voici les plus importants:

  • Développement de code pour le noyau Linux, pour prendre en charge les processeurs Armada 370 et Armada XP de Marvell dans le noyau Linux officiel. Cela représente des mois d’ingénierie ! Les modifications que nous avons apportées apparaissent sur git.kernel.org.
  • Développement de code pour le noyau Linux et mise en place d’un environnement de développement pour un nouveau système à base d’i.MX28 conçu par Crystalfontz, en ajoutant le support de cette carte à la version officielle de Linux. Vous trouverez plus de détails sur la page du projet sur Kickstarter !
  • Mise en place d’un système de compilation, développement de code de chargeur de démarrage et de pilotes noyau, amélioration du mécanisme de mise à jour, et plus généralement travail de développement de système Linux embarqué.
  • Développement de code noyau pour les convertisseurs analogique-numérique des processeurs AT91 d’Atmel, et inclusion dans les sources officielles du noyau.
  • Réduction du temps de démarrage et audit de gestion de l’énergie pour un terminal de paiement à base de processeur MIPS.
  • Réduction du temps de démarrage sur une plateforme de développement à base de processeur ARM pour terminal de paiement.
  • Développement, intégration, et support d’un système Linux embarqué

Que ce soit à travers des contrats ou des contributions directes, 2012 nous a donné de nombreuses occasions de contribuer à des projets open-source, en particulier:

  • 195 patches inclus dans le noyau Linux, sans compter ceux qui ont été acceptés par les mainteneurs mais n’apparaissent pas encore dans la version de Linus Torvalds. Voir git.kernel.org pour plus de détails.
  • 448 patches inclus dans le système compilation Buildroot: détails sur git.buildroot.net.
  • 9 patches inclus dans le chargeur de démarrage U-boot.
  • 7 patches pour le chargeur de démarrage Barebox: détails sur git.penguntronix.de.

Au passage, voici la commande git que vous pouvez lancer dans les dépôts correspondants pour obtenir ces mesures par vous-mêmes:

git shortlog --no-merges -sn --author "free-electrons.com" --since="01/01/2012" --until="12/31/2012"

Nous avons également donné de multiples sessions de nos formations Linux embarqué et développement de pilotes de périphériques noyau Linux. Nous avons également fini de migrer nos supports de formation du format Open Document vers LaTeX, et leurs sources sont maintenant disponibles sur notre dépôt git public. Cela devient beaucoup plus simple de suivre les changements et de soumettre des contributions.

Nous avons également créé une nouvelle formation sur le développement système avec Android, et avons donné de multiples sessions chez nos clients ainsi qu’en session inter-entreprises à Toulouse. Il s’agit d’un programme de quatre jours, pour comprendre l’architecture du système Android, comment compiler et personnaliser le système pour une plateforme matérielle particulière, et comment l’étendre pour prendre en charge de nouveaux périphériques.

Tout comme l’an passé, nous avons partagé notre expérience lors de conférences techniques internationales:

En participant à ces conférences, nous avons également enregistré et publié des vidéos des présentations:

Grâce à leurs contributions au noyau Linux official sur la plateforme ARM, Grégory Clément et Thomas Petazzoni ont également été invités au minisummit ARM au Linux Kernel Summit à San Jose en août. Ils ont été impliqués dans les décisions techniques sur les prochaines évolutions du noyau Linux sur l’architecture ARM.

Nous avons aussi organisé et à participé à deux événements « Buildroot developer days », un à Bruxelles après le FOSDEM, et le deuxième à Barcelone après ELC Europe.

Nous avons également continué à participer au développement de la communauté de Linaro, une société d’ingénierie à but non lucratif dont le but est l’amélioration de Linux sur la plateforme ARM. Cet engagement est arrivé à son terme, et ceci permet à Michael Opdenacker de reprendre des projets plus techniques.

Il est maintenant temps de partager nos projets pour 2013.

Nous avons prévu de recruter de nouveaux ingénieurs pour satisfaire une demande toujours croissante pour nos services de développement et de formation. En particulier, un nouvel ingénieur nous rejoint en mars.

Nous organisons également de nouvelles sessions de formation inter-entreprises en France, dont les dates sont maintenant disponibles:

Nous prévoyons également d’annoncer plusieurs nouvelles formations. Étant très pris par des projets en 2012, nous n’avons pas eu le temps d’avancer dans les objectifs que nous avions annoncés il y a un an:

  • Formation Git. Une formation de deux jours pour bien maîtriser l’utilisation du système de gestion de sources distribué Git, que ce soit pour des projets internes ou pour contribuer à des projets open-source.
  • Formation sur le débogage, le traçage et l’analyse de performance sur le noyau Linux. Une session d’une ou deux journées pour tracer l’exécution des fonctions du noyau, et pouvoir rechercher les causes de dysfonctionnements et de problèmes de performance.
  • Formation sur la réduction du temps de démarrage. Une formation d’une ou deux journées pour apprendre et maîtriser la méthodologie et les techniques pour faire démarrer plus vite vos systèmes Linux embarqué.

Comme nous ne sommes qu’aux premières étapes de la préparation de ces formations, n’hésitez pas à saisir l’occasion de nous contacter et de nous faire part de vos attentes, pour influer sur leur contenu final, au cas où vous seriez intéressés par de telles formations.

Nous continuerons également à participer aux conférences techniques les plus importantes. En particulier, les ingénieurs de Free Electrons seront présents à l’Android Builders Summit et à l’Embedded Linux Conference à San Francisco, ainsi qu’à l’Embedded Linux Conference Europe à Edinbourg en octobre. Cette participation aux conférences permet à nos ingénieurs de rester au courant des derniers développements dans le domaine de Linux embarqué et de créer des contacts utiles dans la communauté. N’hésitez pas à vous rendre ces conférences, pour développer vos connaissances techniques et pourquoi pas en profiter pour nous rencontrer !

Enfin, nous ferons aussi plus d’efforts pour publier ce bulletin vraiment chaque trimestre. En 2012, nous étions si occupés par nos projets que nous n’avons pas réussi à publier de bulletins pour les troisième et quatrième trimestres.

Vous pouvez continuer à suivre les actualités de Free Electrons en lisant notre blog en anglais (31 articles en 2012), nos actualités francophones et en suivant nos nouvelles brèves sur Twitter.

Une fois de plus, bonne année 2013 !

L’équipe de Free Electrons.

Séminaire gratuit sur Android le 29 janvier à Gardanne

Android robotLe programme Captronic organise un séminaire gratuit sur Android et son utilisation dans les systèmes embarqués. Celui-ci se tiendra le 29 janvier à Gardanne, près de Marseille, et sera présenté par mon collègue Maxime Ripard, qui est le créateur de notre formation sur le développement système avec Android.

Matinée

  • Présentation générale d’Android
  • Opportunités d’utiliser Android dans des systèmes embarqués qui ne sont ni des téléphones ni des tablettes
  • Détails sur l’architecture d’Android et sa personnalisation
  • Code source et compilation
  • Modifications apportées par Android au noyau Linux
  • Chargeurs de démarrage pour Android
  • Prise en charge d’un nouveau matériel
  • L’organisation du système de fichiers d’Android
  • Les couches natives d’Android et l’appel d’un programme C depuis Android pour l’accès à un matériel spécifique
  • Introduction au développement d’applications
  • Personnalisation du système
  • Utilisation d’adb (Android Debug Bridge) pour la mise au point et le contrôle à distance du système.
  • Ressources et bonnes pratiques

Après-midi

  • Démonstrations de plusieurs aspects du développement de systèmes avec Android
    • Récupération des sources et compilation
    • Démonstration de l’émulateur d’Android
    • Démarrage d’Android sur une carte électronique à base de processeur ARM OMAP 3530, en utilisant une console série.
    • Prise en compte de boutons spécifiques. Exemple de la touche « Back ».
    • Utilisation d’adb : installation, accès au logs du système, accès à une ligne de commande sur l’équipement, échange de fichiers avec le PC.
    • Personnalisation du système : changer le nom du produit, le fond d’écran par défaut, rajouter une nouvelle propriété.
    • Pour l’accès à un matériel spécifique (un périphérique USB par exemple), développement d’une bibliothèque native et accès à cette fonctionnalité depuis le framework Android via une classe et une bibliothèque JNI spécifiques.
    • Présentation d’une application permettant de contrôler un périphérique USB.
  • Questions et réponses

L’inscription est gratuite mais une inscription préalable est requise. Voir la page de Captronic sur ce séminaire.

Par ailleurs, les transparents de ce séminaire sont disponibles dans leur intégralité. Cela vous permettra de vous assurer que le séminaire correspondra à vos attentes.

Brevets logiciels : lettre aux députés européens

La menace des brevets logiciels est de retour, à travers le projet de « Brevet Unitaire » qui est actuellement à l’étude à la Commission Juridique du Parlement Européen. En quelques mots, il s’agit de confier à l’Office Européen des Brevets (OEB) le soin de définir ce qui est brevetable et ce qui ne l’est pas. Or l’OEB est bien connu pour être favorable aux brevets logiciels, et échappe également à tout contrôle démocratique.

Vous trouverez plus d’informations sur le site Stop Software Patents.

Après les dernières batailles sur les brevets logiciels en 2005, il était temps de reprendre ma plume pour essayer de sensibiliser nos représentants aux dangers que représentent les brevets logiciels. La lettre ci-dessous a été envoyée la semaine dernière à chacun des membres de la commission juridique, en version anglaise ou en version française.

Il ne s’agit pas d’une étude juridique approfondie sur les brevets logiciels, car je ne suis qu’un ingénieur, ne disposant pas de connaissances juridiques avancées. Il s’agit plutôt du témoignage de mes inquiétudes par rapport à ces brevets, inquiétudes légitimées par les nombreuses dérives observées de par le monde depuis de longues années, et par les multiples pressions que nos législateurs ont subies pour légaliser les brevets logiciels en Europe.

Il n’est peut-être pas trop tard pour écrire à vos représentants aux parlement Européen, mais en tout cas, il n’est pas trop tard pour signer la pétition que de nombreuses entreprises et de nombreux particuliers ont signée.

Madame, Monsieur le député européen,

Je suis le créateur et dirigeant de Free Electrons, une jeune société d’ingénierie en informatique embarquée, qui accompagne des entreprises du monde entier dans la conception de systèmes embarqués, sur un marché à forte croissance.

C’est la disponibilité d’un grand nombre de briques logicielles Open-Source qui a permis à notre société de connaître une croissance continue depuis sa création en 2004. De très nombreux produits industriels et d’électronique grand public sont conçus à partir de ces briques, développées en commun par une communauté de développeurs dans le monde entier, à laquelle notre entreprise participe.

Or, cette dynamique aurait pu être atténuée si les brevets logiciels avaient été légaux dans l’UE, comme ils le sont aux États-Unis et au Japon. Par leur nombre et souvent leur trivialité, ces brevets constituent un véritable « champ de mines » pour tout créateur de logiciels et de système embarquant du logiciel. Pour une société aux moyens limités, il est en effet impossible de s’assurer que les idées que l’on met en pratique en programmant, ou les composants logiciels qu’on réutilise, ne «posent pas le pied» sur méthode brevetée par un tiers. Le créateur d’un produit innovant à base de matériel et de logiciel court alors le risque de voir son investissement ruiné par un concurrent plus gros auquel son invention ferait de l’ombre. Ce concurrent, s’il possède un jeu de brevets suffisamment fourni, pourra toujours trouver un brevet logiciel trivial enfreint par le produit concurrent, et faire arrêter la diffusion du produit. Un autre danger vient aussi de sociétés (« Patent trolls ») qui ne créent aucun produit et ne vivent que par la recherche de victimes qui enfreignent des brevets dans leurs produits.

Il est ainsi inquiétant de constater qu’au moins dans le domaine du logiciel, les brevets sont détournés de leur vocation première de favoriser l’innovation. C’est tout le contraire qui se produit, et il semble que les brevets ne sont aujourd’hui plus qu’un instrument pour des sociétés géantes pour lutter contre leurs concurrents, gros comme petits, et s’opposer à la distribution de produits concurrents. Les premiers brevets accordaient un monopole provisoire en échange de la révélation d’un secret de fabrication. Pour de nombreux brevets logiciels, comme le fameux « double clic » breveté par Microsoft, il n’y a plus de secret de fabrication à révéler, tant leurs effets sont faciles à reproduire. Pourtant, on continue d’accorder un monopole pour ces brevets.

Notre entreprise est donc inquiète des projets en cours pour installer un brevet unitaire dans l’UE, accompagné d’une cour unifiée des brevets.

Nous sommes préoccupés du fait que le règlement sur le brevet unitaire, selon l’accord obtenu en décembre 2011 par les négociateurs du Conseil, de la Commission et de la commission des affaires juridiques du Parlement européen, abandonne toute question à propos des limites de la brevetabilité à la jurisprudence de l’Office Européen des Brevets (OEB), sans contrôle démocratique, ni recours devant un tribunal indépendant.

Pourtant, au mépris du rejet que le Parlement européen a exprimé dans ses votes du 24 septembre 2003 et du 6 juillet 2005, l’OEB a continué à délivrer des brevets logiciels, sous l’appellation trompeuse d’« inventions mises en œuvre par ordinateur ». C’est peut-être parce que l’OEB, échappant à tout contrôle démocratique, a un intérêt financier à délivrer un maximum de brevets, et ainsi alimenter une augmentation des litiges, qui profite aux cabinets d’avocats mais décourage l’innovation, qui pourtant est le principal moteur de notre économie.

Le règlement sur le brevet unitaire est une opportunité pour les législateurs de l’UE d’harmoniser le droit matériel des brevets dans le cadre institutionnel et juridique de l’UE, et de mettre fin aux pratiques intéressées de l’OEB qui étendent le domaine de la brevetabilité aux logiciels. Si cela échoue, le brevet unitaire sera plus préjudiciable que bénéfique pour les entreprises informatiques européennes.

Pour ces raisons, nous incitons vivement les législateurs à adopter des amendements qui énoncent clairement que les décisions de l’OEB sont sujettes à un recours devant la Cour de justice de l’Union européenne et réaffirment le rejet des brevets logiciels exprimé par les votes du Parlement Européen.

N’hésitez pas à me contacter si vous le souhaitez.

Bien cordialement,

Michael Opdenacker